Logo ADIRS Ecouter,Parler,Informer Zone Rechercher
Association pour le Développement de l'Information et de la Recherche sur la Sexualité 23 Novembre 2017  
   

Panne sexuelle : quel lien avec les maladies cardio-vasculaires ?

Introduction

Avoir une panne sexuelle peut arriver chez tout homme à tout âge. Elle est parfois liée à un évènement évident de la vie : stress, fatigue, maladie aigue… Si elle persiste, elle peut être un indicateur du développement insidieux d’une maladie cardio-vasculaire. Elle traduit alors la souffrance de notre système vasculaire, représenté par tous les vaisseaux de l’organisme. Les artères sexuelles sont sensibles aux mêmes agressions que les artères de l’ensemble de notre organisme, et notamment les artères qui vascularisent le cœur. L’acte sexuel implique une bonne vascularisation (irrigation) du pénis.

En quoi suis-je concerné ?

Nous sommes tous concernés par les maladies cardio-vasculaires, qui représentent la première cause de mortalité en France. Certaines personnes sont plus concernées que d’autres : il existe des situations où le risque de développer une maladie cardio-vasculaire augmente : ces situations sont aussi appelées « les facteurs de risque cardio-vasculaire ».

Les facteurs les plus importants sont : le tabagisme, l’hypercholestérolémie (excès de cholestérol), le diabète (excès de sucre), l’hypertension artérielle.

L’âge, le sexe et l’hérédité sont également des facteurs de risque important.

Certains facteurs de risque ne sont pas modifiables :
L’hérédité ou son histoire familiale, qui a un poids extrêmement important.
L’âge : plus on avance dans l’âge, plus le risque de maladies cardio-vasculaires augmente.
Le sexe : l’homme a un risque cardio-vasculaire plus élevé que la femme.

Donc l’homme sera toujours un être à risque cardiovasculaire plus élevé.

On peut agir sur certains facteurs de risque cardio-vasculaire : ce sont des « tueurs » potentiels :

Ce sont :

  • le tabagisme
  • l’excès de pression artérielle, qui va retentir sur les vaisseaux : il s’agit d’un système de tuyaux qui souffrira si la pression augmente
  • le diabète : l’excès de sucre est toxique pour l’artère
  • l’excès de cholestérol, qui s’infiltre directement dans la paroi de l’artère, et la bouche.

Comment calculer mon risque cardio-vasculaire :

Il est nécessaire de consulter un médecin, qui pourra évaluer le niveau de risque : les facteurs de risque cardio-vasculaire peuvent être évidents (le tabac), il faut dépister les autres en faisant un bilan sanguin, car leur présence dans l’organisme est en général silencieuse. Le bilan sanguin se fera à jeun, après 12 heures de jeûne et permettra de connaître le niveau de glycémie, et le niveau de cholestérol. Le contrôle des chiffres tensionnels à plusieurs reprises permettra de savoir si l’on souffre d’hypertension artérielle ou non.

Si l’on découvre un facteur de risque cardio-vasculaire, un suivi médical sera à mettre en place. S’il est rigoureux, il permettra de maîtriser, de contrôler le facteur de risque cardio-vasculaire : les anomalies relevées lors des analyses sanguines pourront être maîtrisées.

Que faire si j’ai un risque cardio-vasculaire élevé ?

I – Adopter une bonne hygiène de vie :

  • arrêter complètement le tabac
  • limiter la consommation d’alcool à 2 verres par jour pour les femmes et 3 verres au maximum pour les hommes (« 2 verres ça va, 3 verres bonjour les dégâts !)
  • augmenter son activité physique : l’idéal serait de réaliser 30 minutes de marche par jour (ou 3 fois 10 minutes). Bon à savoir : ceci représente environ 10 000 pas par jour. Pour éviter de les compter un par un : acheter un podomètre ?
  • adopter une alimentation qui diminue le risque de maladies cardiovasculaires
  • se rapprocher le plus possible de son poids idéal ou poids santé

II – Traiter les facteurs de risque cardio-vasculaire :

  • le tabac
  • la tension artérielle
  • le diabète
  • le cholestérol

III – Oser parler de ses difficultés sexuelles avec un professionnel de santé, son médecin ou son cardiologue, son pharmacien : ils pourront vous conseiller, et vous orienter vers le bilan adéquat.

N’hésitez pas à faire le point avec votre pharmacien de votre traitement, de ses effets secondaires éventuels….

IV – S’informer, il existe des brochures consacrées au sujet, et des informations validées recherchées sur Internet.

créé le 22 février 2007
    2006 © ADIRS  -  Mentions légales  -  Ajouter aux favoris  -  Nous contacter