Logo ADIRS Ecouter,Parler,Informer Zone Rechercher
Association pour le Développement de l'Information et de la Recherche sur la Sexualité 18 Octobre 2018  
   

Témoignage T10

Nam - Vaginisme résolu

Ce texte est issu de la question Q3376

Ce n'est pas vraiment une question mais plutôt la solution à un problème qui m'a pourri la vie pendant plus de deux ans.

A 19 ans j'ai rencontré un garçon très bien de qui j'ai étée vraiment amoureuse, et c'est avec lui que j'ai eu (ou essayé d'avoir) ma première relation sexuelle. Dès le début ça n'a pas du tout marché et on est restés deux ans et demi ensemble pendant lesquels on a dû faire l'amour à peu près correctement seulement une dizaine de fois.

J'en ai beaucoup parlé autour de moi (et sur ce site d'ailleurs) et une des réponses qui revenait souvent était que je ne l'aimais pas assez. C'était des conneries, je peux le dire aujourd'hui (et en plus c'était dur à entendre et à vivre). Mais l'amour n'a pas forcement à voir avec le sexe malheureusement. Le fait est qu'il ne m'excitait pas assez, alors on a beau aimer, l'excitation n'est pas quelque chose qui se contrôle.

Ces deux ans ont étés horriblement difficiles à vivre, surtout que je n'avait jamais eu de relation qui marche avant. Je me croyais anormale. J'ai même décidé d'aller voir une psy mais ça ne servait à rien.

Au final j'ai rencontré un autre garçon qui me faisait rêver (et m'excitait) rien qu'avec des mots. Et je peux dire que j'ai eu de la chance car il s'y est vraiment bien pris. Au début j'étais affreusement stressée de recommencer avec lui. Mais je lui ai tout expliqué, il a pris ça avec légereté et m'a dit qu'on verrait bien. Résultat, ça marche merveilleusement bien (je n'aurais pas cru que je pourrais dire ça un jour).

Voilà, j'ai raconté ça parce que souvent les filles qui subissent ça le prennent pour elles et croient que c'est de leur faute. Mais je crois que le plus souvent, tout tient à la façon qu'a le garçon de s'y prendre. Je pense que souvent, ça doit pouvoir être résolu en lui disant qu'il s'y prend mal et en en parlant. Dans mon cas ce n'était pas faisable car ça ne l'interessait pas de faire des efforts, alors à ce moment là, j'espère que toutes les filles qui ont ce problème rencontreront celui qu'il leur faut.

Je vais finir en précisant quelque chose que je ne savais pas et que j'aurais aimé savoir : c'est normal qu'il ne suffise pas d'écarter le jambes pour que ça marche. Les garçons ont besoin d'être un peu excités pour bander, et bien nous on a besoin d'être excitées aussi pour les laisser rentrer.

Je suis de tout coeur avec celles qui vivent ça et je sais que ça s'arrangera.

    2006 © ADIRS  -  Mentions légales  -  Ajouter aux favoris  -  Nous contacter